Connect with us

Rétro Sport

Le tournoi de Toulon, sa sélection contre l’Italie, son anecdote sur Yaya Touré … Yann Sagbo, frère de Guy Demel raconte …

Formé à l’AS Monaco, Yannick Sagbo a débuté sa carrière professionnelle en 2008 avec le Rocher. En difficultés sous les couleurs du club français, l’attaquant franco-ivoirien, frère cadet de Guy Demel, a néanmoins intégré l’équipe nationale olympique. Avec les Eléphanteaux, il a disputé et remporté le Tournoi de Toulon de 2010, inscrivant notamment deux buts. Flashback.

« Pour bien finir la saison (2009-2010), mon frère m’avait dit de faire ce tournoi car il était suivi par de nombreux clubs. D’ailleurs, j’arrivais en fin de contrat. L’idée, c’était de prolonger et d’être prêté  », a confié Sagbo à Onze Mondial.

Né à Marseille où il a passé toute enfance, Sagbo est arrivé en Côte d’Ivoire complètement dépaysé. Crispé, il a néanmoins réussi à s’adapter à son nouvel environnement.

Sagbo sous les couleurs de l’AS Monaco.

« J’ai été sélectionné mais au départ, j’avais un petit peu peur car je ne connaissais personne mais sur place, il y avait une ambiance de malade, à « l’africaine ». Tout le monde rigolait, il y avait tout le temps de la musique… L’équipe est montée en puissance tout au long de la compétition, et le fait d’avoir été bon m’a permis de me faire remarquer par l’entraîneur adjoint (François Zahoui, ndlr), qui est passé sélectionneur des A juste après  ».

Vainqueur du tournoi de Toulon aux côtés des Giovanni Sio, Deblé Serges ou Gérard Gohou, Yannick Sagbo a connu dans la foulée, la sélection de Côte d’Ivoire A. Entré en jeu à la place de Doumbia seydou, il a fêté sa première cape le 10 août 2010 en match amical contre l’Italie (victoire 1-0).

« Je jouais avec mon frère… C’était mon rêve qui se réalisait, j’avais presque les larmes aux yeux. Quand tu rentres et que tu vois Balotelli et toutes ces autres stars, tu te demandes si tu n’es pas en train de rêver. J’étais avec les frères Touré (Kolo et Yaya, ndlr), Gervinho, Salomon Kalou, Emmanuel Éboué… Rien qu’à l’entraînement, j’avais une pression de malade. Alors en match ! Ils étaient très exigeants  ». Et à propos de Yaya Touré, il a livré cette anecdote. « Avec un mec comme Yaya Touré, tu n’as pas intérêt de perdre un ballon sinon il te défonce (rires) ! Lui, il ne joue pas pour rire. En fait, il part du principe que si tu ne veux pas courir tu ne dois pas perdre le ballon. Mais il te fait des passes appuyées de malade (rires). J’avais une pression de fou et il me criait dessus dès que je perdais un ballon (rires). Avec le recul, c’était quelque chose de fou  ».

Sagbo contre l’Italie.

Sagbo a ajouté :  » Quand j’ai joué contre l’Italie à Londres, Didier Drogba n’était pas dans le groupe. L’intendant m’avait demandé quel numéro je voulais. Je lui ai dit « tous sauf le onze ». C’est le numéro de Drogba, personne ne le touche. Le jour du match, j’arrive et je ne trouve pas mon maillot. Je vais voir l’intendant et il me dit « il est là » en me montrant le numéro onze (rires). Quand les mecs sont entrés dans le vestiaire, ils ont chambré mon frère. Ils disaient que je n’avais peur de rien (rires). Mon frère m’a regardé et m’a dit « qu’est-ce tu fais toi ? ». Je lui ai dit que je n’avais rien fait et il m’a répondu que j’allais devoir assumer. Quelques semaines après, on était au pays pour préparer les qualifs de la CAN. Didier arrive et me dit « apparemment on veut me voler ma place » en rigolant. C’était un petit coup de pression aussi. Après, je n’ai plus jamais joué en sélection (rires) ».

Sagbo n’a connu finalement que deux sélections avec les Eléphants, après avoir disputé une petite minute contre la Russie le 15 août 2012, en amical. Mais l’une de ses plus grandes satisfactions, c’est d’avoir partagé le vestiaire avec Guy Demel.

Guy-Demel (West Ham) et son frère Sagbo (Hull City), adversaires en Premier League.

 » Il était très important pour moi. Il savait me donner les bons conseils. J’étais timide, je ne restais pas trop avec les grands, je restais à ma place. Il y avait des groupes, les anciens restaient avec les anciens. Après, j’essayais de prendre de la distance avec ça. Il y a beaucoup de piston dans les sélections africaines mais moi je ne voulais pas être en sélection parce que mon frère y était. Je n’aime pas ça. Je voulais être en sélection parce que j’avais mérité ma place en étant bon avec mon club  ».

Yannick Sagbo et Guy Demel ont la même mère, rappelle-t-on.

 

Par Ségolène Marie

COMMENTAIRES
Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top Articles

ads1

autres articles sur Rétro Sport

copie impossible