Connect with us

Rétro Sport

Rétro sport : Retour sur le parcours de Souleymane Coulibaly, meilleur buteur du mondial U17 en 2011

Souleymane Coulibaly brille de mille feux en Tunisie. C’est pourtant en Europe qu’il aurait dû étaler son immense talent. Après une brillante prestation à la coupe du monde U17 en 2011 où il a terminé meilleur buteur, il s’est engagé avec Tottenham avant de dégringoler par la suite. Retour sur le parcours atypique du joueur de 26 ans.

Parti s’installer en Italie avec ses parents à l’âge de 12 ans, Souleymane Coulibaly débute sa carrière à Robur Sienne en 2010. Un an plus tard, il est sélectionné pour la Coupe du monde des moins de 17 ans. Alors qu’on s’y attend le moins, le garçon explose. Les Eléphants sont éliminés en 8es de finale par la France. Mais Souleymane inscrit 9 buts et termine meilleur buteur.

Tous les clubs européens voulaient se l’arracher

Aucun adversaire ne lui résiste. Auteur d’un but contre l’Australie (2-1), il réalise ensuite un quadruplé contre le Danemark (4-2), puis un triplé face au Brésil (3-3), avant de conclure son festival offensif par une dernière réalisation lors de la défaite contre les Bleuets (3-2). Une performance XXL qui attire l’attention des médias et suscite l’intérêt de grands clubs européens.

Souleymane Coulibaly (numéro 19) avec l’équipe de Côte d’Ivoire U17.

« Marquer neuf buts en quatre matchs était fantastique. C’était incroyable. J’étais vraiment content. Il y avait beaucoup d’offres », se souvient encore Souley.

Déception à Tottenham

Après le mondial, le garçon débarque à Tottenham. Dans le club londonien, on s’attend à le voir exploser. Que nenni ! Malgré de bons matches avec la réserve, il ne parvient pas à intégrer l’équipe première des Spurs.

« C’était une opportunité fantastique pour moi. J’ai commencé à m’entraîner avec la première équipe à l’âge de 16 ans, avec Jermain Defoe, Luka Modric et Gareth Bale. C’est Harry Redknapp qui m’a amené là-bas. C’était une expérience fantastique (…) La seule chose qui était difficile pour moi à Tottenham était la langue parce que je ne parlais pas anglais. Je parlais seulement italien. Mais le secrétaire de Tottenham – son nom était Roberto – m’a beaucoup aidé. Il pouvait parler italien, espagnol et anglais. Au football, je faisais du bien. J’ai marqué beaucoup de buts pour les moins de 18 ans et j’ai aussi marqué beaucoup de buts dans l’équipe réserve ».

Souleymane Coulibaly, avec Tottenham.

Une carrière en nette régression

Conséquence : Souley retourne en Italie, notamment à Bari. C’est le début d’une instabilité sportive. Le natif de Songon, dans la commune de Yopougon à Abidjan, revient en Angleterre. Peterborough le signe, mais le prête à Newport. La transition est difficile. L’attaquant de 1,72 m file alors en Ecosse (Kilmarnock) avant de se rendre en Egypte, du côté de Al Ahly. Mais non-satisfait des conditions du club cairote qui lui demandent notamment de s’agenouiller et de prier tel un musulman après chaque but, il décide de partir. C’est donc en 2019, que l’Ivoirien est recruté par l’étoile du Sahel.

« Si j’avais la chance, comme beaucoup de joueurs à Tottenham en ont eu, je ne pense pas que je serais là. Je devais jouer en Premier League pour Tottenham, pour les aider à réaliser ce qu’ils voulaient. Mais, vous savez, le football est comme ça. Parfois vous descendez, parfois vous montez. Le meilleur moyen est de continuer. C’est ce que je suis en train de faire ».

Retour en grâce à l’Etoile du Sahel

Après une première saison perturbée par la crise sanitaire, le joueur retrouve le sens du but pour sa deuxième année au club. En 12 matches, il totalise 7 buts et 2 passes décisives. De nouveau sous le feu des projecteurs, Souleymane Coulibaly espère retrouver l’Europe.

« On ne sait jamais. Je vais essayer d’écrire l’histoire ici et de gagner quelque chose pour le club avant de retourner en Europe », poursuit-il.

Souleymane Coulibaly sous le maillot de l’Etoile du Sahel.

Toutefois, le goleador de 26 ans reste fier de ce qu’il a accompli jusque-là.

« Le seul regret que j’ai, c’est de ne pas avoir joué pour Tottenham car ils ont tout fait pour moi. Ils m’ont beaucoup aidé, même lorsque j’étais malade. Je suis parti en vacances en Côte d’Ivoire et j’étais malade. Tottenham m’a ramené et m’a aidé (…) Je ne regrette pas ma carrière. Je regrette simplement de ne pas avoir rendu ce que les fans de Tottenham attendaient de moi ».

 

Ségolène Marie

COMMENTAIRES
Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Articles

ads1

autres articles sur Rétro Sport

copie impossible