Connect with us

Rétro Sport

Rétro sport : il y a 22 ans, l’Asec Mimosas devenait Championne d’Afrique

Le 12 décembre 1998 est une date historique pour l’Asec Mimosas. Ce jour-là, le club jaune et noir remportaient pour la première fois, la ligue des champions de la CAF, essuyant les larmes versées après la défaite contre Orlando Pirates, trois ans plus tôt. Rétro sport.

Abidjan. Samedi 12 décembre 1998. Stade Félix Houphouët-Boigny. Ce jour reste inoubliable pour l’Asec mimosas. Trois ans après le fameux samedi noir où le peuple jaune et noir a subi les affres d’une douloureuse défaite face à Orlando Pirates (0-1) en finale de la Ligue des champions de la CAF, le club abidjanais avait une nouvelle chance de décrocher le trophée.

En réussissant le 28 novembre 1998 un nul vierge (0-0) au National Sports Stadium de Hararé face au Dynamos, Guel Tchiressoua et ses coéquipiers devaient s’imposer au match retour, dans un stade Félicia encore hanté par le douloureux de 1995.

PRUDENCE LA DÉFAITE DE 1995 IMPOSE DE LA MESURE PAS D’EXCÈS

Pendant la finale aller au First national bank stadium de Johannesburg, l’équipe de Zaré Mamadou avait contraint les pirates d’Orlando au nul 2-2 . Tous étaient euphoriques et ont pensé à une facile consécration. La suite… on la connaît. Coup de théâtre et désillusion totale. Une défaite amer (0-1) qui a sonné tout un peuple. Certains supporters sont rentrés chez eux oubliant leurs voitures au Plateau, d’autres y ont passé la nuit.

Mais ce 12 décembre 1998, le soleil est réapparu sur la capitale économique ivoirienne. Cette fois, les Mimos sont confiants. La cité administrative ivoirienne vibre aux sons des grelots, klaxons et autres tambours. Le stade Félix Houphouët-Boigny affiche complet environ 50 milles spectateurs.

COMPOSITIONS ET RÉSUMÉ DU MATCH

L’Asec s’y présentera dans ses habits de lumière. Le Dynamos tout de blanc vêtu et avec tous ses titulaires dont Ernest Chirambarade le bon gardien de buts de la race des Bruce Grobelaar, Pasuwa Callisto, Memory Mucherewa, Vint Fulawo, Shereni Arlington, Desmond Maringwa, Soma Phiri Makwengue, Georges Owusu, Lovemore Ncube ou Shamounoda Musanu…

Côté Asec mimosas, la surprise de Louis Oscar Fullone sera Kamara Vassanogo! Diarra Seydou dans les buts, Diomandé Ibrahim Abougôh, Boti Bi Irie Charles, Sam Abouo, Guel Tchiressoua, Baloki Milandou, John Zaki, Sie Donald, Blaise Kouassi, Siby Badara Aliou sont là. Quant à la presse, elle est bien présente.

La partie commence clameur dans les tribunes. Gnahouan Kpin , Vieux Diaby , Mademoiselle Kouadio, Maréchal Bassole et les autres bouffons font monter le mercure.

La première décharge d’électricité est envoyée par les zimbabwéens après une hésitations de la Charnière Sam Abouo Sylla Zakaria ! Heureusement pour l’ASEC pas de dégâts. Roger dans la loge officielle grille les cigarettes excellences. Tous ses lieutenants sont là Lamine Djibo, Koné Mamadou, Francis Ouegnin…

Les tentatives de l’ASEC sont stoppées net un Ernest Chirambadaré des grands jours. Il pliera néanmoins face à Kamara Vassanogo lancé dans l’espace par Boti bi Irie charles à la 30 ème minute sur un ballon taclé. Le gardien touché sur cette occasion sera remplacé par Brice Mudzazi.

Huit minutes plus tard une autre réalisation de Vassanogo le grand bonhomme de cette finale ! Juste avant la mi-temps Sie Donald va enfoncer le clou.

TOUT UN PEUPLE DÉLIVRÉ

La seconde mi-temps verra un autre but mimosa inscrit par le nigérian John Zaki le quatrième de la soirée.F Fouettésdans leur amour propre les zimbabwéens réduiront la marque à 4-2 par le truchement de Soma Phiri Makwengue et Georges Owusu.P Plusrien ne sera marqué jusqu’à ce que l’arbitre Tunisien Daami Mourad mette un terme à la rencontre !

L’ASEC venait de réaliser l’exploit de s’adguger son premier trophée continental, offrant ainsi à la Côte d’Ivoire, un trophée qu’elle attendait depuis 1966 et la victoire du Stade d’Abidjan.

Les larmes de tristesse de décembre 1995 ont laissé la place à une soirée d’ivresse. Pour Roger Ouegnin président du conseil d’administration du club jaune et noir depuis 1989w les échecs face à Iwanyanyu national d’Oweri en 91, Wac 92 , Kotoko en 1993 et Orlando Pirates en 1995 sont aujourd’hui des vieux souvenirs… Un an plus tard, l’Asec remportera la supercoupe de la CAF face à l’espérance de Tunis (3-1) avec une équipe de gamins qui, pour la plupart, débutaient à peine leur carrière.

Retrouvez le résumé en images 👉🏾 ici 

 

Stéphane Kipré, avec le récit de Fredy Aka

COMMENTAIRES
Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Articles

ads1

autres articles sur Rétro Sport

copie impossible