Connect with us

Coupe du monde

Bounou, Messi, Mbappé… L’équipe-type du Mondial 2022

L’équipe type du Mondial 2022 a été dévoilé. Il est composé d’Argentins, de Français, de Croates, de Marocains, et même d’un Brésilien. Bien que Martinez est champion du monde, c’est son homologue marocain Yassine Bounou qui est le meilleur gardien du tournoi.

Gardien de but

Yassine Bounou (Maroc)

Le sosie de Rio dans la Casa de Papel n’est pas passé loin du casse du siècle, mais Rosario est venu déjouer ses plans.

Défenseurs

Achraf Hakimi (Maroc)

Ses jambes en feu lui permettent d’assommer les attaquants adverses, et de tailler des centres au cordeau. Hakimi, le fils du forgeron.

Joško Gvardiol (Croatie)

Heureusement qu’il enlevait son masque après chaque match pour qu’on soit sûr qu’il y avait bien un humain en dessous et non un robot programmé pour anéantir chaque occasion de but adverse. Même si Messi l’a prouvé en demi-finales.

Nicolás Otamendi (Argentine)

Ancien élève laborieux et dissipé, il a su gommer toutes ses lacunes pour devenir l’un des meilleurs de la classe. Au point d’être même devenu le chouchou de l’arbitre qui ne lui donne pas de carton, même quand il provoque un penalty en finale de Coupe du monde.

Dayot Upamecano (France)

Désormais, le marsupilami ne dira plus « Houba Houba » mais « Upa Upa » en hommage au Mondial de titan qu’a sorti Dayot. Et vu que Deschamps a fait jouer Camavinga latéral gauche et Disasi latéral droit, il n’y a aucune raison de ne pas tester Upamecano à gauche.

Milieux de terrain

Antoine Griezmann (France)

On ne juge pas un joueur sur un match, sinon Gonçalo Ramos aurait été titulaire en attaque. Alors ce n’est pas une finale ratée qui va faire oublier le Mondial XXL de Grizou.

Sofyan Amrabat (Maroc)

Devant sa télé, Vincenzo Italiano a dû se sentir bien bête d’avoir fait d’Amrabat un remplaçant du côté de la Fiorentina la saison dernière.

Luka Modrić (Croatie)

La force est avec lui. Luka Skywalker. Que la police garde quand même un œil sur son fils, on ne sait jamais.

Enzo Fernandez (Argentine)

Les supporters de Benfica auront donc profité de leur joyau pendant quatre mois. Et dire que Scaloni l’avait mis sur le banc au début du Mondial…

Attaquants

Lionel Messi (Argentine)

Les amoureux de la Pulga ont gagné un nouvel argument dans le débat du GOAT. Mais ils en ont perdu un autre avec le nombre de penaltys inscrits. Au moins, Messi peut se targuer de ne plus faillir dans l’exercice. Enfin, sauf quand il y a Szczęsny en face.

Kylian Mbappé (France)

Il a prouvé qu’il fallait toujours attendre la fin d’un match pour juger la prestation d’un joueur. Même si tous ne sont pas capables d’être transparents pendant 75 minutes et de finir avec un triplé.

Sur le banc

Walid Regragui (Maroc)

Même Vahid Halilhodžić trouve que finalement, ce n’était pas une mauvaise idée de se séparer de lui pour mettre Walid Regragui à la tête du Maroc juste avant le Mondial.

Emiliano Martinez (Argentine)

« Randal Kolo Muani a marqué un but, mais Martinez l’a arrêté » , dira-t-on dans 40 ans.

Romain Saïss (Maroc)

Son corps a fini par le lâcher pour retourner dans celui de Franz Beckenbauer.

Jude Bellingham (Angleterre)

Comme Kylian Mbappé, Jude Bellingham a marché sur un Mondial à 19 ans. Sauf que Kyks avait ramené la Coupe à la maison, lui.

Azzedine Ounahi (Maroc)

Il peut demander à Stéphane Plaza de lui mettre son logement sur Angers à vendre : il n’y retournera pas.

Bruno Fernandes (Portugal)

Il a donc attendu le plus grand tournoi pour montrer son vrai visage avec le Portugal. Vivement 2026 pour le revoir à un bon niveau en sélection.

Julian Álvarez (Argentine)

Manchester City a donc Erling Haaland et Julián Álvarez sous contrat longue durée. Bravo pour leurs 5 Ligues des champions en 5 ans.

Thiago Silva (Brésil)

Sa carte d’identité est formelle : il a 9 ans de plus que Raphaël Varane. Pourtant, quand on regarde les deux jouer, on pourrait croire que c’est l’inverse.

Salem Al-Dawsari (Arabie saoudite)

Seul homme capable de battre l’Argentine lors de ce Mondial.

Ritsu Doan (Japon)

Deux buts en sortie de banc pour donner la victoire au Japon face à l’Espagne et l’Allemagne, vous ne trouverez pas un meilleur supersub dans ce Mondial. D’ailleurs, les deux fois où il a été titularisé, le Japon s’est incliné.

 

Foot Mercato 

COMMENTAIRES
Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top Articles

ads1

autres articles sur Coupe du monde

copie impossible