Connect with us

Buzz

« Je trouve ça inadmissible de refuser de libérer les joueurs » : Grosse colère de Beaumelle contre les clubs anglais

Les absences de Wilfried Zaha et de Nicolas Pépé en équipe nationale pour les éliminatoires du mondial 2022 font couler beaucoup d’encre. Mais elles se justifient par des restrictions sanitaires mises en place par les autorités britanniques. Au delà, Patrice Beaumelle a exprimé son mécontentement.

Le gouvernement britannique a établi une « liste rouge » de 33 pays – principalement en Amérique du Sud et en Afrique – où l’on craint que les variantes de la Covid-19 se soient déjà répandues. Le Mozambique, prochain adversaire de l’équipe de Côte d’Ivoire en éliminatoires du mondial 2022 en fait partie.

Selon les règles sanitaires en vigueur outre-manche, tous les voyageurs – y compris les ressortissants britanniques – ayant franchi une “zone rouge”, doivent déjà s’isoler pendant 10 jours lorsqu’ils rentrent au Royaume-Uni, même en cas de résultat négatif à un test récent. Ils doivent ensuite passer plusieurs autres étapes avant de reprendre leurs différentes activités.

Une situation qui ne convient pas clubs anglais qui ont alors refusé de libérer leurs joueurs devant se rendre dans l’une de ces 33 nations. C’est dans ce contexte que les formations de Crystal Palace et d’Arsenal n’ont pas mis Wilfried Zaha et Nicolas Pépé à la disposition de l’équipe nationale.

Eric Bailly, Serge Aurier, Willy Boly ou encore Seri Jean-Michaël, tous évoluant en Angleterre, pourraient aussi manquer le voyage en Mozambique pour les mêmes raisons. Agacé, le sélectionneur des Eléphants Patrice Beaumelle a poussé un énorme coup de gueule contre les clubs anglais.

« Je rappelle à nos amis anglais que pour moi une date FIFA c’est un devoir (…) Il n y a pas que des droits au football. Je trouve ça inadmissible de ne pas libérer les joueurs (…) Après, ce n’est pas moi qui paye les salaires. Mais j’ai l’impression dans les échanges qu’ils font ce qu’ils veulent ».

Beaumelle est allé plus loin. « Au début, ils se sont engagés à libérer les joueurs pour le deuxième match (contre le Cameroun à Abidjan, le 6 septembre). C’est à dire qu’ils ne devaient pas partir à Maputo (Capitale du Mozambique). Je me suis engagé et j’ai donné ma parole qu’ils ne voyageraient pas. Donc, je trouve cela pitoyable ».

Dépité, le coach des Eléphants a bien peur de ne pas aligner, contre le Mozambique, l’équipe qu’il souhaitait. Il réclame ainsi l’implication de la FIFA dans cette affaire.

« Je pense que la FIFA devrait nous soutenir un peu plus. Heureusement que j’ai construit un groupe large. Mais je ne fais pas l’équipe qu’à la base, je souhaitais faire. Je m’adresse à la FIFA, c’est eux les patrons du football, à un moment donné, ils devraient sanctionner les clubs qui veulent pas libérer les joueurs. Ils font ce qu’ils veulent. Ca me fatigue », a conclu l’ancien adjoint de Hervé Renard, vainqueur de la CAN 2015 avec les Eléphants.

 

Ségolène Marie

COMMENTAIRES
Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Articles

ads1

autres articles sur Buzz

copie impossible