Connect with us

Autres Sports

Rugby : une seule coupe du monde et plus rien, comment la Côte d’Ivoire veut émerger

La fédération de rugby de Côte d’Ivoire (FIR) a entamé un nouveau cycle depuis un an avec une méthode : adapter localement les solutions qui marchent ailleurs dans le monde. Cela fait près d’un an maintenant que la fédération de rugby de Côte d’Ivoire a repris son destin en main. Un an que le président Elvis Tano a sonné le rappel des troupes et réorganisé l’organe directeur afin de servir de nobles ambitions et viser deux objectifs : une qualification pour la Coupe du Monde 2023 en France et une participation aux Jeux olympiques de 2024, à Paris.

Pour cela, une méthode a été choisie : adapter localement les recettes qui ont fait le succès ailleurs. La première, c’est celle du Kenya, qui a tout misé sur le 7 et une qualification aux JO. Par ailleurs, le constat est que le rugby en Côte d’Ivoire, se développe principalement sur trois villes ivoiriennes, alors que le pays est très vaste. C’est pourquoi, la FIR a choisi de le découper en quatre zones, quatre conférences, à l’instar des États-Unis d’Amérique.

En ce qui concerne le recrutement des joueurs et des joueuses susceptibles de défendre les couleurs ivoiriennes au niveau international, la fédération s’est inspirée de la méthode japonaise qui accompagne, sur et hors des terrains, ses meilleurs éléments, aussi bien sur le plan sportif que professionnel.

42e nation mondiale de rugby, avec une seule participation à la Coupe du Monde en 1995, la Côte d’Ivoire est considérée comme un des nouveaux pays émergent de la balle ovale et compte bien le faire savoir dans les prochaines années.

 

Stéphane Kipré

COMMENTAIRES
Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top Articles

ads1

autres articles sur Autres Sports

copie impossible