Connect with us

Editorial

Eléphants : comment la normalisation est devenue la plaie du football ivoirien

Des bruits de botte retentissent au sein de la sélection nationale de Côte d’Ivoire. Pour cause : le mauvais traitement qu’inflige le comité de normalisation de la Fédération Ivoirienne de Football (CN-FIF) dirigé par Dao Gabala, aux joueurs. Mécontents après l’élimination contre le Cameroun, les joueurs dénoncent de meilleures conditions de travail.

Avant la rencontre contre le Mozambique au Bénin, les joueurs ont subi une humiliation. Avant une séance d’entraînement, le car devant transporter les Eléphants est tombé en panne. C’est finalement un vanne de ramassage de transport mal famée qui a été mis a disposition où Serge Aurier et ses camarades ont été entassés avant d’être conduits au stade.

Cette situation des plus dégradantes pour nos pachydermes a même révolté certains, apprend-on d’une source proche de la FIF. Il ne fallait pas moins pour saper le moral des poulains du sélectionneur Patrice Baumelle. Cette honte n’était pas de trop pour les responsables de la normalisation et du ministre Danho Paulin. La présidente du CN-FIF et le ministre Danho Paulin ont refusé de payer les primes des membres du staff technique, au même titre que le reste de la délégation. Cette situation frise le mépris pour ses propres concitoyens alors qu’il fallait imposer le calme et la bonne humeur pour pousser les joueurs à décrocher le ticket pour les barrages du mondial.

Dao Gabala et la gabegie financière sans limite

Dans une mission de normalisation de la Fédération Ivoirienne de Football dont la feuille de route est de pourvoir doter l’instance du football de nouveaux textes, d’organiser des élections répondant aux normes de la Caf et de la Fifa. Il s’agissait en fait de mettre fin à la discorde dans le football ivoirien.

La sénatrice a en effet mis un système pour se tailler une image avec deux structures de communication. Une image piètre et qui refuse de s’imposer comme une belle âme qui aura donné un chapitre nouveau au football au pays de Laurent Pokou.

Ces structures qui doivent donner une visibilité à Dame Gabala dont leur prestation son rémunéré à hauteur de 10 millions de Franc CFA alors qu’elle (Dao Gabala) avait affirmé qu’il n’y avait pas d’argent pour financer les championnats des autres divisions et des membres du staff technique de l’équipe nationale dont on refuse les primes.

Bel exemple de bonne gouvernance et de moralité que nous montre la normalisation. Plusieurs audits ont été annoncés mais les résultats n’ont abouti à rien. L’on apprend également que des tromperies règnent dans le chapitre transport des éléphants. Avant le Comité de normalisation, le billet d’avion coûtait 1,9 millions CFA. Mais depuis l’arrivé de l’instance de transition, le coût a grimpé à hauteur de 4 millions CFA.

 

Ali Fama

COMMENTAIRES
Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top Articles

ads1

autres articles sur Editorial

copie impossible